42- Diou – Montcombroux-les- Mines 26 septembre 2018

Written by Claude CAMILLI


42- Diou – Montcombroux les Mines 26 septembre 2018

Voici une vidéo retraçant la 42ème étape d’un cheminement à travers la France, de la frontière allemande au nord de Strasbourg à, ( peut-être un jour!), la frontière espagnole au sud de Perpignan. Dans  cette longue marche, mon attention se porte en premier lieu sur les paysages, leur protection et leur reconquête éventuelle ainsi que sur la biodiversité et sa reconquête.

Lors de cette étape sur le GR 3 dans l’Allier, je poursuis la traversée des
Basses Marches du Bourbonnais qui fait partie de la Sologne bourbonnaise. Place au département de l’Allier depuis la traversée de la Loire. Je passe devant le château de La Varenne avant de monter sur le Puy Saint-Ambroise et de redescendre jusqu’à Montcombroux-les-Mines.

Voici le texte de cette vidéo:

Quittons le camping du Plan d’eau de Pierrefitte-sur-Loire, retournons en California à Diou et commençons la matinée, à pied bien sûr, par la traversée du canal latéral de la Loire. Sous le soleil !

 Nous sommes dans le département de l’Allier mais les paysages ne changent guère de ceux de la Saône-et-Loire que nous avons quittée hier en franchissant la Loire. Des prés toujours, grillés par la sécheresse et entourés de leurs haies basses.

Rien d’étonnant à cette continuité car nous poursuivons notre marche à travers la Sologne bourbonnaise qui s’étend devant nous, vers le sud. Prairies, cultures, bois et eau, voilà en résumé le paysage qui nous attend.

Cette Sologne était autrefois une terre d’élevage et de chasse, puis après d’importants travaux d’assainissement, elle est devenue une terre de cultures.

C’est ici que Daniel retourne sur ses pas alors que je poursuis vers le sud à travers, semble-t-il, les Basses Marches du Bourbonnais une microrégion naturelle et historique considérée comme faisant partie de la Sologne Bourbonnaise.

Propriété du duc de Bourgogne au Moyen-Age – elle s’appelait alors Val de Bourgogne – elle est devenue bourbonnaise vers le milieu du 13ème siècle par le mariage de Jean de Bourgogne avec Agnès de Bourbon. Et voilà comment les grands de ce monde décident des terres.

La terre justement, parlons-en. Le sol est argileux et sablonneux, donc plus ou moins imperméable et retenant facilement l’eau. Effectivement je vais longer de nombreux étangs où la faune est très riche car ce sont de grandes zones humides.

Cette terre de Sologne bourbonnaise s’étire entre Loire et Allier mais ce sont essentiellement des affluents de la Loire sur sa rive gauche qui l’irriguent. Je traverse justement le Roudon tout en longeant un parc où des chevreuils vivent en semi-liberté derrière des grillages. Pour quelle raison, pour la chasse ou pour leur préservation ?

Je m’arrête devant ce chêne dont la magnifique charpente me fascine- quelle merveille !-  puis je poursuis par le hameau de Villenaud  puis le lieu-dit des Truges.

Sentiers et pistes filent vers le sud, passent au milieu de champs cultivés où des tracteurs s’activent et toujours bien sûr, au milieu de ces prés où les charolaises peinent à trouver quelque nourriture sur un sol trop sec.

 La route est encore longue avant d’atteindre notre point de rendez-vous, le château de la Varenne dont le pigeonnier, charmant, « témoigne, ai-je lu, de la demeure d’un gentilhomme, campagnard vivant sur ces terres en chassant le cerf ou le loup dans les bois voisins. » Une galerie ouverte court le long de la façade du logis principal. Deux jolies tours circulaires encadrent la façade arrière. Dommage que de vilaines pancartes viennent briser l’enchantement et le mystère de ce château.

C’est donc un peu à l’écart de ce décor du 15ème siècle que nous flanquons notre California, datant du siècle dernier, pas totalement moderne donc, pour piqueniquer.

Je repars rapidement car je suis à peine à mi-chemin de mon parcours. Le GR passe bientôt devant une ferme au hameau des Gouttes Pommier où l’on cultive du tournesol à défaut d’arbres fruitiers. Au sortir d’une longue boucle, je passe devant les étangs du Dorards qui me donnent enfin une image plus fidèle à l’idée que je me fais de la « Sologne ».

Je grimpe maintenant à l’assaut d’un volcan. Je ne panique pas, il est en sommeil. C’est le Puy-Saint-Ambroise, 442m d’altitude qui, situé à leur extrémité nord, fait partie des Monts de la Madeleine. Je n’aperçois pas le Mont-Blanc aujourd’hui mais tout de même le site mérite bien son classement de « site paysager ». De fait des paysages préservés s’étalent sous mes yeux sur sept départements me dit-on : l’Allier, la Nièvre, le Cher, la Saône-et-Loire, la Loire, le Rhône et le Puy de Dôme. Dans le lointain, qui se détache à peine, je distingue le Morvan où j’étais il y a quatre jours et à mes pieds s’étale la vallée de la Besbre.

Je descends maintenant la douce pente du volcan en le contournant par l’est, passe au hameau de la Bologne et atteins la grosse bâtisse du Seu – s, e, u- que Daniel, qui devait m’y rejoindre, ne trouve pas, l’endroit étant certes franchement perdu.

Qu’importe, je poursuis le long de hautes futaies ou  bien le long de haies basses, tondues, ces rases bouchures qui structurent le paysage, avance hardiment sur des pistes sans élégance mais qui me permettent de défiler, telle une star en tenue, – ô bonheur- devant des spectatrices éblouies. « Salut les filles ! »

La route encore, qui descend dans un vallon pour remonter sur le village de Montcombroux-les-Mines où Daniel m’attend, un village qui s’est développé après la découverte de gisements de charbon vers 1830.

Ce soir, pas de camping mais un petit hôtel fort sympathique, au Donjon, à une dizaine de kilomètres.

« Bonsoir, Monsieur, Madame, pour avoir de l’eau chaude dans la douche, il faut faire couler l’eau chaude dans le lavabo pendant peut-être 8 min ? Lorsque celle-ci sera chaude, vous pourrez prendre votre douche ; car le ballon d’eau chaude est à deux étages au-dessous. Bonne nuit »

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.