Dossier de diagnostic écologique et paysager de Thoiras (Gard)

Written by Claude CAMILLI

Par Valentin Lacand et Martin Verdier 2023

Martin Verdier et Valentin Lacand, 2 étudiants en BTS Gestion et Protection de la Nature, ont effectué leur stage au sein de l’association Paysages Reconquis, dans la commune de Thoiras en mai et juin 2023. Leur mission était d’établir un diagnostic écologique et esthétique des paysages de cette commune.

 

I- Contexte

1.1. Qui sommes-nous ?

Nous sommes deux étudiants en première année de BTSA Gestion et

Protection de la Nature à l’Institut de l’Environnement et de la Transition écologique René Cassin :

  • Valentin Lacand, chargé de terrain, rédacteur
  • Martin Verdier, chargé de cartographie, communication
Valentin à gauche Martin à droite

Dans le cadre de la validation de nos acquis professionnels et pour valider notre passage en deuxième année nous devions effectuer un stage professionnalisant de minimum 8 semaines. 

C’est grâce à l’association Paysage Reconquis que nous avons pu effectuer un stage avec pour mission de réaliser un diagnostic écologique et paysager de la commune de Thoiras dans le département du Gard. 

Cette démarche s’inscrit dans un objectif de lutte contre la perte de la biodiversité. En effet, à l’aide d’inventaires, de cartographies et de rencontres avec les acteurs nous proposons ici un état des lieux de la commune de Thoiras. Notre analyse croise ainsi enjeux de protection de la nature, enjeux socio-économiques et touristiques et reconquête paysagère afin de proposer une vision d’ensemble du territoire.

1.2. L’association Paysages reconquis

a.    Les objectifs principaux de l’association

Les objectifs qui alimentent cette association sont :

  • La lutte contre la perte de biodiversité, contre l’uniformisation et la banalisation des paysages
  • Le maintien des espaces remarquables et des paysages « ordinaires »
  • La lutte contre la perte et le cloisonnement des terres agricoles
  • La lutte contre l’étalement urbain

b.    Les activités

Paysages reconquis est une association de protection de la nature qui prend en charge chaque année deux binômes de BTS de notre établissement dans le but de leur faire faire le diagnostic écologique et paysager d’une commune de leur choix. Les procédés et leurs découvertes sont synthétisés dans un dossier qui figure sur le site Internet de l’association. 

c.    Les moyens humains et financiers

L’association comprend 4 membres :

·       Un président

·       Un trésorier

·       Un secrétaire

·       Et une administratrice Mme Claude Camilli, mon maître de stage

En moyen matériel, Paysage reconquis dispose d’un site internet.

Cette association est en relation avec plusieurs autres personnes et associations telles que la Fédération Patrimoine-Environnement, Paysage de France, Mountain Wilderness, Agir pour l’environnement, Greenpeace, Fédération de chasse et de pêche du Rhône, Communauté de communes de Mornant : COPAMO, commune de Revel (Isère), Philippe Andlauer (Aubenas-les-Alpes).

1. 3. Présentation de Thoiras

Thoiras est une commune de France située dans le centre du département du Gard en région Occitanie incluse dans les Cévennes. Thoiras est une commune rurale, elle est drainée par le Gard, le Gardon de Saint-Jean, la Salindrenque ainsi que de nombreux petits cours d’eau ce qui lui confère un relief très vallonné. Sa superficie est de 22.89 km² et elle comptait 438 habitants en 2020.

La commune de Thoiras


1.3.1. Les zones naturelles sur la commune

Thoiras fait partie de la communauté d’agglomération d’Alès, qui se situe au sein du Parc national des Cévennes créé le 2 septembre 1970. Le parc est également reconnu Réserve de biosphère par l’Unesco depuis 1985. Il rejoint le réseau mondial des Géoparcs (un type d’aire protégée en vertu de ses intérêts géologiques).

La commune comprend également deux sites Natura 2000 sous la directive Habitats faune flore. « La Vallée du Gardon de Mialet » et « la Vallée du Gardon de Saint-Jean », ces deux sites sont situés dans le nord de Thoiras le long du cours d’eau du Gardon de Saint-Jean. 

Thoiras possède trois zones naturelles d’intérêts écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 et de type 2. 

ZNIEFF de type 1 : Massif du Bois Nègre et de Bois de Rouville

ZNIEFF type 1 : Rocher du Mas des ponts

ZNIEFF type 2 : Hautes vallées des Gardons

Il est primordial d’expliquer les termes de ZNIEFF, Natura 2000, “Directive habitats” et Réserve de biosphère.

Le réseau Natura 2000 regroupe un ensemble de sites naturels qui ont pour objectif de préserver la biodiversité au sein de l’Union Européenne. C’est la directive européenne qui est à l’origine de ce réseau. Il existe deux directives : la directive Habitats de 1992 et la directive Oiseaux de 1979. On distingue deux types de sites Natura 2000 : les zones de protection spéciale (ZPS) qui ont pour objectif la protection des oiseaux, et les zones spéciales de conservation (ZSC) qui ont pour objectif de préserver les habitats naturels et les espèces d’intérêt communautaire.

Une réserve de biosphère est un territoire reconnu par l’UNESCO conciliant la conservation de la biodiversité et le développement durable, avec l’appui de la recherche, de l’éducation et de la sensibilisation. Une réserve de biosphère n’impose pas de réglementation particulière se superposant aux législations existantes dans le pays où elle se situe. Elle se structure selon trois zones en fonction du niveau de protection (aire centrale, zone tampon et zone de transition).

Les ZNIEFF sont des espaces naturels inventoriés en raison de leur intérêt écologique abritant une biodiversité patrimoniale. Le but est de créer un socle de connaissances mais aussi un outil d’aide à la décision par exemple lors de projets d’aménagement.

D’après leur site, l’INPN, l’inventaire national du patrimoine naturel, est un portail de diffusion de la connaissance de la biodiversité française. On distingue deux types de ZNIEFF :

Les ZNIEFF de type I : espaces homogènes écologiquement, définis par la présence d’espèces, d’associations d’espèces ou d’habitats rares, remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel régional.

Les ZNIEFF de type II : espaces qui intègrent des ensembles naturels fonctionnels et paysagers, possédant une cohésion élevée et plus riches que les milieux alentour. 

Toutes ces réglementations qui sont sur la commune de Thoiras, lui apporte un intérêt paysager et écologique important.

1.3.2. Patrimoine

Le château de Thoiras :

L’existence du château est attestée dès le début du XIVe siècle et les premiers seigneurs furent des Gauffridi de Saint Bonnet. Le château de Thoiras forme un carré de 25 mètres de côté avec des angles étant orientés aux points cardinaux. Tour carrée sur le côté sud-est, tours rondes aux angles nord, ouest et sud. L’entrée, sur le côté sud-ouest, donne sur la cour, bordée par des bâtiments sur les trois autres côtés. Le château se situant sur une plaine enclavée au milieu de nombreuses collines, une tour-relais était construite sur la colline la plus proche pour indiquer au seigneur l’arrivée d’ennemis dans le secteur, grâce à des signalisations de feux. Le château est le seul monument classé monument historique de l’Unesco de Thoiras.

Château de Thoiras

Le temple de Thoiras :

L’existence de St Jacques de Thoiras au XIIe siècle a donné lieu à ce temple. Le temple de Thoiras est construit à flanc de colline sur une terrasse aménagée. Il paraît avoir succédé à un lieu de culte préchrétien catholique comme en témoigne la source qui coule au pied de la terrasse, peut-être une source sacrée.  L’absence de contreforts à l’extérieur et de pilastres à l’intérieur laisse supposer que la nef était initialement couverte en charpente et non voûtée. Les éléments les plus anciens sont du dernier quart du XIe siècle : assises inférieures en petits moellons calcaires grossièrement taillés visibles au bas de l’abside. La porte de l’abside, les baies et la voûte de la nef sont modernes, l’église ayant été victime des troubles religieux. 

Temple de Thoiras

Le patrimoine historique de Thoiras comprend également la filature du pont de Salindres malheureusement à l’abandon malgré ses spectaculaires escaliers, ainsi que la salle Peligrinne qui constitue aujourd’hui la salle des fêtes de la châtaigneraie et pour finir la gare du vélorail des Cévennes très fréquenté par les touristes.

1.3.3. Randonnées à la découverte du paysage

Thoiras est une commune pleine de surprises ; elle offre de nombreux points du vue grâce à ses nombreuses collines, et partage une diversité animale et végétale exceptionnelle que l’on peut découvrir en randonnant.

Voici nos quelques itinéraires favoris que nous avons eu l’occasion d’effectuer durant notre stage. 

Prenez bien vos chaussures de randonnée !

1° Randonnée sur la grande Pallières

Cette courte randonnée en milieu ombragé sous de grands arbres résineux va vous faire découvrir pas moins de cinq dolmens du Néolithique dont les quatre dolmens

  • Durée : 1 h
  • Distance : 3.4 km
  • Dénivelée positif : 81 m
  • Point culminant : 385 m

2° Randonnée de Valaurie

Cette randonnée le long du Valat de Fontlongue, offre une promenade au cœur de la forêt de garrigue méditerranéenne et permet de découvrir toute la végétation typique de ce genre de milieu. Cette randonnée va vous permettre d’observer sur votre chemin la grotte de Valaurie qui abrite de nombreuses chauves-souris et autres espèces exceptionnelles. Si vous êtes passionné de paysages vous ne serez pas déçu car cette randonnée offre un point de vue sur toute la vallée du Gardon de Saint-Jean ainsi que sur la colline du Déconte.

  • Durée : 1 h 45
  • Distance : 6.9 km
  • Dénivelée positif : 193 m
  • Point culminant : 403 m

3° Randonnée du Roc de la Chapelle

Cette randonnée assez sportive vous conduit à un point culminant de la commune de Thoiras qui vous permettra d’observer la commune de Saint-Jean du Gard ainsi que la vallée du Gardon. 

  • Durée : 4 h
  • Distance : 12.7 km
  • Dénivelée positif : 466 m
  • Point culminant : 450 m

1.3.4. Les activités industrielles

Les carrières :

Parmi les deux carrières de Thoiras, l’une a été fermée et est devenue une déchèterie. L’autre fonctionne à plein régime afin d’extraire la roche sédimentaire des falaises dans le but de la transformer en gravier ou en sable pour la construction. Afin de limiter la pollution de poussières dans les cours d’eau, la carrière a dû se soumettre à un arrêté préfectoral sur les déchets de poussières. Les employés de la carrière ont disposé des jauges situées vers les habitations pour indiquer si le taux de poussières est trop élevé ou non en contrebas de la carrière. Mr Vaillat, le chef d’entreprise de la carrière, nous a informé qu’il devait donner une estimation de récolte de ces roches chaque année au préfet. Cette estimation est de 500 000 tonnes de roches mais en réalité il n’en récolte que 250 000 tonnes par an. Donner une estimation plus élevée évite de la dépasser et donc d’enfreindre la certification. Depuis 20 ans la carrière respecte la certification de l’UICN, AFAQ ISO 14001 ce qui prouve que l’organisation prend en compte les enjeux environnementaux, locaux (pollution…) et globaux (biodiversité, changement climatique, préservation des ressources naturelles…).

La sylviculture de bambou :

Cette plantation de bambous sert à nourrir les pandas de plusieurs zoos en Allemagne. Au départ, nous pensions qu’elle représentait une menace pour la biodiversité de notre commune car nous craignions un risque de prolifération et nous pensions que l’eau de de la Salindrenque était prélevée dans le but d’arroser les plantations. Mais après avoir rendu visite aux employés de la plantation pour leur poser quelques questions, nous avons compris qu’ils surveillent la prolifération du bambou. Par ailleurs en raison de la sécheresse ils ne prélèvent plus l’eau du cours d’eau et ils effectuent un fauchage tardif tout autour et entre les plantations. Cela représente non pas une menace mais au contraire un atout pour les insectes car une partie de l’une de leurs parcelles est laissée à l’abandon. Cet abandon permet la formation d’une des seules prairies sèches de Thoiras.

Les métiers agricoles :

Avec seulement 8% de surface agricole, Thoiras ne comprend que très peu d’agriculteurs. La commune très boisée ne comprend que quelques éleveurs, un agriculteur de fruits et légumes et des sylviculteurs.

1.3.5. Les activités touristiques

Bien que Thoiras soit un village reculé son climat chaud et ses randonnées aussi bien pédestres que praticables en VTT, attirent un certain tourisme l’été. On compte donc deux campings dans Thoiras faisant passer la population d’environ 500 habitants à presque 2000 l’été. 

Les autres activités mises à disposition des touristes sont les sentiers de randonnée parcourant les vallées et montagnes du village, Abracadabranche un site d’acrobranche vous faisant passer sous ses élevages de chèvres et de moutons, des voies d’escalade sur une magnifique dalle de calcaire ainsi que le vélorail et le train touristique vous permettant de visiter les plus beaux paysages des Cévennes.   

1.3.6. Les acteurs

Les zones Natura 2000 sont mises en place après avoir fait signer un document d’objectifs (DOCOB) qui impose aux mairies un règlement interdisant ou non certaines activités. Les chargés de terrain de la zone Natura 2000 du Gardon-de-St-Jean coordonnent différentes actions relatives à la gestion et à la valorisation fixées dans le document d’objectifs.

L’OFB (Office Français de la Biodiversité) a mis en place une police de l’environnement qui contrôle les perturbations sur la biodiversité liées au tourisme. Les techniciens mènent aussi des actions d’expertise pour avoir de meilleures connaissances scientifiques sur la biodiversité française.  

L’EPTB (Etablissement Public Territorial de Bassin), le syndicat de rivière du Gardon a mis en place trois plans d’actions :

  • Un contrat de rivière pour améliorer la quantité et la qualité de l’eau de la rivière et préserver les milieux aquatiques.
  • Un plan inondation afin d’améliorer la gestion des dégâts liés aux crues.
  • Un plan de ressources en eau ayant pour objectif le « bon état écologique des cours d’eau »

Les techniciens de rivière sont chargés d’assurer le bon fonctionnement des ripisylves en menant des actions de restauration par exemple l’élimination d’espèces exotiques envahissantes. Mais ils sont aussi chargés de limiter les dégâts liés aux crues sur les infrastructures humaines. 

L’agence de l’eau est le financeur principal de toutes les actions d’entretien des cours d’eau.

Le Conseiller municipal environnemental, Monsieur Jean-François Pintard originaire de Thoiras, souhaite protéger le patrimoine de son village natal en protégeant les faïsses, ces terrasses typiquement cévenoles permettant autrefois la pratique de l’agriculture telle que la viticulture et à la fois maintenir des habitats ouverts. Les missions du conseiller municipal environnemental sont tournées vers l’amélioration du mode de vie et vers le développement durable. Sa grande influence auprès de la mairie fait de lui un acteur important.

La mairie de Thoiras est une collectivité territoriale qui a pour mission principale de satisfaire les besoins quotidiens de la population locale notamment dans les domaines de l’état civil, l’urbanisme, le logement, les écoles, les équipements et activités culturelles mais surtout c’est la mairie qui fait le lien entre les différents acteurs de l’environnement et les aide à coordonner leurs actions pour protéger la nature. C’est également la mairie qui met en place des politiques de protection de l’environnement telles que la trame noire ou la « politique zéro phyto ».

L’Alès agglo est une communauté de communes regroupant 70 villes et villages. Elle impose aux communes les trames vertes et bleues ou noires si besoin, et met en place des moyens de transport en commun. Elle s’occupe aussi de gérer les déchets en menant des campagnes de tri des déchets. Elle est en contact avec les organismes d’entretien des cours d’eau (EPTB, Fédération de pêche) et participe à des actions de restauration des milieux aquatiques.

La Fédération de pêche, présente à travers ses AAPMA dans tout le Gard, contrôle les populations piscicoles et met en place, si besoin, des arrêtés préfectoraux interdisant la pêche de certaines espèces le temps de les laisser se reproduire. Il arrive aussi qu’elle interdise définitivement la pêche de certaines espèces quand celles-ci se trouvent en danger d’extinction ou en danger critique d’extinction.

La Fédération de chasse, met en place les plans de chasse visant à réguler les espèces et détermine les réserves de chasse. La chasse dans les Cévennes est très présente. Certains chasseurs chassent à l’approche en cherchant du gibier dans la forêt, d’autres chassent avec des chiens qui font remonter le gibier dans les cols des montagnes ou ils les attendent avec leurs fusils, cette chasse est appelée « battue ». Les animaux chassés sont le sanglier, le chevreuil, la biche, le renard, le blaireau…


1.3.7. Ecosociosystème

1.3. La commune de Thoiras déjà engagée

1.3.1. L’adhésion au Parc national des Cévennes

Le Parc national des Cévennes est un parc national français créé le 2 septembre 1970. La région naturelle des Cévennes est située principalement au sein de deux régions administratives : l’Occitanie et l’Auvergne Rhône-Alpes incluant les départements de la Lozère, du Gard et de l’Ardèche et est répartie dans 121 communes avec un taux d’adhésion des communes de 92%. Le Parc est formé de quatre entités géographiques distinctes : le massif de l’Aigoual, le Causse Méjean avec les gorges du Tarn et de la Jonte, le mont Lozère et les vallées cévenoles. 

Parc national des Cévennes (Thoiras est à l’emplacement de l’étoile)

La particularité de ce parc est qu’il est le seul à être situé en moyenne montagne. Il est divisé en deux zones : d’une part le cœur avec une surface de 93 ha qui est habité et exploité par des résidents permanents (agriculture, chasse) ce qui est très rare pour une zone cœur normalement interdite au public et d’autre part l’aire optimale d’adhésion où se situe notre commune de Thoiras. 

La zone cœur du Parc est une aire protégée de catégorie 2 par l’UICN. Cela veut dire que l’aire protégée est gérée principalement dans le but de protéger les écosystèmes. D’habitude les zones cœur interdisent toute activité afin de laisser le milieu en libre évolution mais ce n’est pas le cas dans ce Parc Naturel. En effet des personnes habitent dans la zone cœur et la chasse est même tolérée mais contrôlée.  

Le parc est également reconnu Réserve de biosphère par l’Unesco depuis 1985.

Ce territoire de moyenne montagne abrite plus de 2 400 espèces animales, parmi lesquelles de nombreux rapaces comme l’aigle royal, le hibou grand-duc, le faucon pèlerin, le circaète Jean-le-Blanc, ainsi que les quatre vautours européens : fauve, moine, percnoptère et gypaète barbu. Notons qu’il abrite également 20 espèces de chiroptères sur les 24 présentes en France.

La flore y est abondante et diversifiée, avec 11 000 espèces végétales dont plus de 2 300 plantes à fleurs et fougères. Certaines sont endémiques, comme la saxifrage et l’arabette des Cévennes.

Les paysages agropastoraux des Causses et des Cévennes ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2011. La qualité du ciel étoilé et de ses paysages nocturnes a valu au Parc national des Cévennes d’être labellisé Réserve internationale de ciel étoilé en 2018.

1.3.2. Trame verte, bleu, noire

Trame verte et bleue

La Trame verte et bleue (TVB) concerne toutes les continuités écologiques. Sur le terrain, elle concerne essentiellement les espèces diurnes. Pour se reproduire, se nourrir, se reposer ou pour migrer, les espèces animales et végétales ont besoin de se déplacer. Cela permet également aux espèces d’adapter peu à peu leur répartition géographique au changement climatique en atteignant des lieux où les conditions de vie seront plus favorables.

Or, l’urbanisation, la construction d’infrastructures comme les routes, les voies ferrées ou les barrages ou encore l’agriculture intensive réduisent la surface des espaces naturels et les fragmentent, limitant ainsi les possibilités de déplacement des espèces.

Pour répondre à cette problématique, une politique de préservation de la biodiversité visant à maintenir et à remettre en bon état les continuités écologiques dans les territoires a été mise en place : la Trame verte et bleue (TVB). Elle vise ainsi à freiner l’érosion de la biodiversité résultant de l’artificialisation et de la fragmentation des espaces.  

Trame noire

Afin de mettre l’accent sur les spécificités de la fragmentation des habitats par les éclairages artificiels durant la nuit la trame noire a été créée par l’Office français de la biodiversité qui a pour objectif de lutter contre ce phénomène.

La pollution lumineuse et ses effets sont encore peu connus et peu intégrés dans les politiques publiques en faveur de la biodiversité, or elle cause de nombreuses perturbations à la faune et à la flore nocturne notamment par la fragmentation des habitats naturels.

Par exemple, les oiseaux et les insectes nocturnes se repèrent et s’orientent en fonction des étoiles ou de la lune. Ils sont attirés par les sources lumineuses artificielles et perdent leurs repères. Au contraire, d’autres espèces comme les chauves-souris fuient la lumière, les installations lumineuses constituent donc pour elles des barrières quasiment infranchissables qui fragmentent leur habitat. La présence de lumière artificielle perturbe également le cycle de vie des êtres vivants et a notamment un effet sur la saisonnalité des végétaux.

Pour lutter contre ces effets, la commune de Thoiras a mis en place la démarche de Trame noire avec pour objectif de préserver ou restaurer un réseau écologique propice à la vie nocturne. Pour ce faire, la commune éteint ses lumières la nuit, ce qui est également bénéfique pour l’économie d’énergie.

1.3.3. Label objectif Zéro phyto

La commune de Thoiras a décidé que plus aucun produit phytosanitaire ne serait utilisé sur son territoire et ceci depuis 2001. Cette décision a permis à la commune d’obtenir depuis 2021 le label zéro phyto de niveau 3 qui est le label le plus haut gradé en matière d’abandon des produits phytosanitaires. Cette décision est en lien avec la loi Labbé interdisant l’usage de produits phytosanitaires dans les espaces verts publics. Depuis le 1er juillet 2022, celle-ci s’applique aux propriétés privées, aux lieux fréquentés par le public et aux lieux à usage collectif.  L’objectif de la démarche est de stopper l’utilisation des produits phytosanitaires, pour limiter l’effondrement de la biodiversité et également de protéger la population qui pourrait être en contact avec ces produits toxiques.

II- Diagnostic écologique

2.1. Les différents milieux

2.1.1. La garrigue méditerranéenne

Historiquement, les forêts méditerranéennes ont toujours été très exploitées.

L’aspect écrasé qu’elles ont aujourd’hui n’a rien de naturel. Voici une citation du livre « Ré-ensauvageons la France » de Gilbert Cochet et Stéphane Durand :

« La véritable nature méditerranéenne n’est pas ce que l’on croit. Les garrigues sèches et odorantes écrasées de soleil que l’on admire sur les cartes postales n’ont absolument rien de naturel. Les régions méditerranéennes n’ont pas vocation à être des déserts. C’est le résultat de millénaires de pâturages et de culture sur brûlis qui ont érodé collines et vallées jusqu’à la roche. Plus un seul gramme de sol originel ne subsiste. Désormais, seules parviennent à pousser les plantes les plus frustres, celles qui ne nécessitent peu ou pas de sol, les plantes des rocailles. Les garrigues sont des falaises posées à l’horizontale, le dernier stade avant la stérilisation complète. Cependant on assiste aujourd’hui à un retour des forêts méditerranéennes de 1 à 2% par an. Dans de nombreux endroits on voit le chêne vert et pubescent revenir avec une vitalité incroyable. L’impact des incendies sur la forêt est relativement limité car la forêt avance plus vite que l’incendie ne la dévore. Résultat : elle n’a jamais été aussi étendue depuis des siècles. »

Effectivement nous assistons à une vraie reconquête paysagère des forêts méditerranéennes et particulièrement dans Thoiras grâce à la régression de l’activité agricole passant de 30% à 8%. Le sol reste très rocheux et la végétation basse avec une strate herbacée sous la canopée des arbres assez pauvre. Mais on assite effectivement au ré-ensauvagement de ce paysage à travers plusieurs facteurs :

  • Le retour de la faune sauvage avec de grands mammifères tels que les chevreuils, sangliers et renards roux malheureusement toujours chassables et même considérés comme ESOD (Espèce susceptible d’occasionner du dégât) pour le renard.
  • Une forêt alluviale forte en biodiversité (loutre, castor, écrevisse, aigrette).
  • La limitation des activités agricoles comme l’agriculture sur les terrasses ou la sylviculture. 

Mais la reconquête de la forêt ne doit pas impacter le maintien des zones ouvertes le long des cours d’eau. Les berges de bancs rocheux et sableux ou les prairies alluviales sont des milieux de grand intérêt écologique pour les odonates, oiseaux migrateurs et tous types d’insectes en général ainsi que les herbacées. Pour rappel 80% des insectes ont disparu ces dernières années sachant qu’ils constituent le premier stade de la chaine alimentaire. Il nous semble donc primordial de maintenir des milieux qui leur sont favorables. 

2.1.2. Les forêts sempervirentes

Les forêts sempervirentes (les arbres ont un feuillage persistant) sur la commune de Thoiras sont des forêts de gymnospermes, c’est à dire dont les graines nues sont portées par des écailles. Cet ordre comporte les sapins, les pins, les thuyas et bien d’autres familles d’espèces… Ces forêts sont essentiellement composées de pins noirs et de pins sylvestres, elles sont très hautes comparées aux garrigues. D’une hauteur d’environ 15 à 20 m, la canopée ne laisse rien pousser en dessous d’elle. En effet, les épines qui s’accumulent sur le sol modifient sa consistance et empêchent le sous-bois de se développer. Néanmoins la grande hauteur des premières branches et le sous-bois peu développé crée un habitat propice aux mammifères tels que le chevreuil, le renard roux, le sanglier, le blaireau, la fouine, ou la genette commune.

2.1.3. Les cours d’eau

Thoiras est une commune composée de vallées dessinées par les cours d’eau. Le plus grand est le Gardon de St-Jean et ses affluents sont la rivière de la Salindrenque, le ruisseau du Boisson, le ruisseau de la Doucette et le ruisseau de l’Aigue morte. 

Chaque rivière a sa propre ripisylve (forêt de cours d’eau). Cet ensemble forêt-rivière représente un grand intérêt écologique. 

Le Gardon de St-Jean :

Le Gardon est une grande rivière qui prend sa source dans les Hautes Cévennes. C’est un affluent de la rive droite du Rhône dans lequel il se jette après un parcours de 128 km. Le gardon de St-Jean est la partie qui commence sur la commune de Bassurels et finit sur la commune de Générargues en passant par Thoiras et St-Jean-du-Gard. Sa longueur est de 50 km. Toute cette zone est classée Natura 2000 et cela représente en tout 1 960 hectares. 

Le Gardon

 Les milieux y sont diversifiés allant du cours d’eau avec des bancs de graviers où se développe une végétation pionnière, aux ripisylves d’aulnaies frênaies.  

Les enjeux liés aux espèces concernent plusieurs taxons : les chauves-souris, les poissons, les amphibiens, les échassiers, les insectes ainsi que le castor, la loutre et l’écrevisse à pattes blanches. Le Gardon est un intérêt majeur pour la biodiversité car il représente un corridor écologique très important pour ces espèces par sa largeur, sa ripisylve et ses bancs de graviers.

La Salindrenque

Ce cours d’eau est la rivière la plus présente dans Thoiras, son débit est deux fois moins important que celui du Gardon. Sa vallée départage la Grande Palière du bois du Déconte. La végétation de sa ripisylve est similaire à celle du Gardon excepté le fait qu’elle est moins volumineuse et qu’il n’y a pas de bancs de graviers. La qualité de son eau n’est pas exceptionnelle bien que vivent là des écrevisses à pattes blanches. L’Aiguesmortes est un petit ruisseau qui prend sa source juste avant l’ancienne mine de la Vieille montagne. Les résidus des métaux lourds dus à la pollution de la mine contenus dans son sol sont transportés lors des fortes pluies jusque dans le Gardon où se jette l’Aiguesmortes.

La Salindrenque

2.1.4. Les grottes

Á Thoiras on retrouve trois grottes ; certaines abritent des chiroptères, d’autres non. Ces grottes ont toutes le point commun d’être formées de grandes parois de calcite (roche de calcaire) et elles sont toutes connectées au réseau hydromorphique de la région. Elles peuvent faire de 200m à plusieurs kilomètres de long. On recense donc : La grotte du Ranquet à l’extrémité est de Thoiras a une longueur d’environ 200 à 300 m et une hauteur de plafond de maximum 3 m. Ses parois de calcaire sont composées d’une multitude de stalactites formées grâce aux dépôts de calcaire emmenés par l’eau. Lorsque nous l’avons visitée, la grotte ne contenait pas de traces de chauves-souris mais elle recueillait quelques insectes cavernicoles.

La grotte de Valaurie située au nord-est de Thoiras, est composée de nombreuses cavités allant jusqu’à 40 m de hauteur et sa longueur est si grande que, même après avoir parcouru près de 800 m sous terre, nous n’avions exploré que 50% de sa totalité. Les murs et les sols étaient jonchés d’argile car, lors des périodes de crues, l’eau des nappes phréatiques remonte jusque dans la grotte emportant l’argile et l’étalant sur toutes les parois. Autrefois cette grotte était peuplée de minioptères de Schreiber mais à cause de la sur fréquentation touristique, ceux-ci ont migré dans d’autres grottes. Elle contient de grandes structures de stalagmites.

La grotte de Rouville d’une longueur d’environ 300 à 400 m avec une hauteur d’environ 15 m possède des parois de calcite et des points d’eau stagnante. Cette grotte avait le sol jonché de crottes de chauves-souris. Nous pensons que la colonie profite de cette grotte pour un usage hivernal ou l’utilise comme gîte temporaire. On estime la colonie entre 400 et 800 individus et il pourrait s’agir de la colonie de minioptères de Schreiber ayant migré de la grotte de Valaurie. Nous avons trouvé un piège photo. Ce site pourrait faire l’œuvre d’un suivi pour les chiroptères. Les centaines de taches marrons sont des excréments de chauves-souris.

2.1.5. Les prairies sèches

Bien que Thoiras soit une commune essentiellement composée de forêts, certains espaces sont maintenus ouverts grâce à l’homme. Ces prairies servent à l’éco-pâturage, ou parfois ce sont juste des zones où la tonte est pratiquée deux à trois fois par an, laissant donc pousser les herbacées à fleurs jusqu’à 70 cm de haut. Cela permet le développement de nombreuses familles d’insectes comme le criquet italien ou le scarabée à bordure ainsi que des micromammifères cohabitant dans le même écosystème. Dans Thoiras on compte quatre à cinq prairies sèches.

Prairie sèche

Les garrigues méditerranéennes ne sont pas en surbrillance car ce milieu est présent partout sur la commune.  

2.2. Inventaire floristique

2.2.1. Nos relevés floristiques

Nom vernaculaireNom latinStatut de protection
Aphyllanthe de MontpellierAphyllanthes monspeliensisProtégé
ArbousierArbutus unedoProtégé
Astragale de MontpellierAstragalus monspessulanusProtégé
Aubépine à un styleCrataegus monogyna Jacq 
Avoine stérileAvena sterilis 
Brunelle laciniéePrunella laciniata 
BuisBuxus sempervirensProtégé
Buplèvre en fauxBupleurum falcatumProtégé
Caille lait-blancGalium mollugo 
Camomille sauvageMatricaria chamomilla 
Centaurée jacéeCentaurea jacea 
Céphalanthère rougeCephalanthera rubraProtégé
Chardon marieSilybum marianum 
Châtaigner cultivéCastanea sativa Mill 
Chêne pubescentQuercus pubescens 
Chêne vertQuercus ilex 
Chèvrefeuille communLonicera caprifolium 
Ciste à feuille de saugeCistus salviifoliusProtégé
Ciste crépuCistus crispusProtégé
CoquelicotPapaver rhoeas 
Cornouiller sanguinCornus sanguinea 
Daphné laureoléDaphne laureolaProtégé
Églantier à petites fleursRosa micrantha 
Euphorbe des boisEuphorbia amygdaloides 
Euphorbe des garriguesEuphorbia characias 
Euphorbe petit cyprèsEuphorbia cyparissias 
Févier d’AmériqueGleditsia triacanthos 
Filaire à feuille largePhillyrea latifoliaProtégé
Filaire à feuille largePhillyrea latifoliaProtégé
Fougère aiglePteridium aquilinum 
Frêne communFraxinus excelsior 
Garance des teinturiersRubia tinctorum 
Genet à balaisCytisus scoparius 
Genévrier communJuniperus communisProtégé
Genévrier oxycèdreJuniperus oxycedrus 
Géranium herbe-a-RobertGeranium robertianum 
Gesse hérisséeLathyrus hirsutus 
Grand muflierAntirrhinum majus 
Ellébore fétideHelleborus foetidusProtégé
Hippocrepis chevelusHippocrepis comosaProtégé
Lamier blancLamium album 
Lière grimpantHedera helix 
Lin campanuléLinum campanulatum 
Lotier des maraisLotus pedunculatus 
Menthe à feuille rondeMentha suaveolens 
Molène floconeuseVerbascum pulverulentum 
Molène lychniteVerbascum lychnitis 
Monaie du papeLunaria annua 
Muflier à feuille de pâqueretteAnarrhinum bellidifoliumProtégé
Muscari à toupetMuscari comosum 
NoisetierCorylus avellana 
Onopordon d’IllyrieOnopordum illyricum 
Orchis pyramidalAnacamptis pyramidalisProtégé
Orlaya à grandes fleursOrlaya grandifloraProtégé
Passerage champêtreLepidium campestre 
Pavot cornuGlaucium corniculatum 
Petit houxRuscus aculeatusProtégé
Peuplier noirPopulus nigra 
Pin noirPinus nigra 
Pin silvestrePinus sylvestris 
Pistachier térébinthePistacia terebinthusProtégé
Platane d’occidentPlatanus occidentalis 
Poirier à feuille d’amandierPyrus spinosa Forssk 
Poirier sauvagePyrus communis subsp 
Potentille dresséePotentilla recta 
Primevère officinalePrimula veris 
Raisin d’AmériquePhytolacca americana 
Renoncule bulbeuseRanunculus bulbosus 
Robinier faux acaciaRobinia pseudoacacia 
Rudbeckie laciniéeRudbeckia laciniata 
Rue à feuille étroiteRuta angustifolia 
SalsepareilleSmilax asperaProtégé
Sauge des présSalvia pratensis 
Silène à bouquetAtocion armeriaProtégé
Silène communSilene vulgaris 
Sureau noirSambucus nigra 
Thym communThymus vulgaris 
Trèfle des présTrifolium pratense 
Viorne lantaneViburnum lantana 
Vipérine vulgaireEchium vulgare 
Chardon Marie Aphyllanthe de Montpellier Orchis pyramidal

2.2.2 Nos méthodes et protocoles

Pour nos relevés floristiques, nous avons simplement utilisé la prospection par poignée pour une végétation en milieu ouvert. Ceci consiste à planter un bâton d’un mètre et inventorier les espèces sur 10 cm de rayon. Nous avons également utilisé la prospection aléatoire lors de nos randonnées et nos escapades au sein des forêts et à travers les différents cours d’eau.

Différents inventaires

2.3. Inventaires faunistiques

2.3.1. Nos relevés 

Nom vernaculaireNom latinStatut protection
Aigrette garzetteEgretta garzettaProtégée
Bouvreuil pivoinePyrrhula pyrrhulaProtégé
Bruant ziziEmberiza cirlusProtégé
Buse variableButeo buteoProtégée
Canard colvertAnas platyrhynchosProtégé
Charronnerai élégantCarduelis carduelisProtégé
Couleuvre de MontpellierMalpolon monspessulanusProtégée
Écrevisse à pattes blanchesAustropotamobius pallipes Protégée
Écrevisse américaineFaxonius limosus 
Faucon crécerelle Falco tinnunculusProtégé
Fauvette à tête noireSylvia atricapillaProtégée
Genette communegenetta genettaProtégée
Gobemouche grisMuscicapa striataProtégé
Gobemouche noirFicedula hypoleucaProtégé
Grand corbeau Corvus coraxProtégé
Grenouille rieusePelophylax ridibundusProtégée
Grenouille vertePelophylax kl. EsculentusProtégée
Héron cendréArdea cinereaProtégé
Hirondelle des rivagesRiparia ripariaProtégée
Huppe fasciéeUpupa epopsProtégée
Lézard vert occidental Lacerta bilineata DaudinProtégé
Loriot d’EuropeOriolus oriolusProtégé
Martinet noir Apus apusProtégé
Merle noirTurdus merulaProtégé
Mésange à longue queueAegithalos caudatusProtégée
Mésange bleueCyanistes caeruleusProtégée
Mésange charbonnièreParus majorProtégée
Mésange nonettePoecile palustrisProtégée
Milan noir Milvus migransProtégé
Milan royalMilvus milvusProtégé
Minioptère de SchreibersMiniopterus schreibersiiProtégé
Moineau domestiquePasser domesticusProtégé
Petit rhinolopherhinolophus hipposiderosProtégé
Pic épeicheDendrocopos majorProtégé
Pic vertPicus viridisProtégé
Pie bavardePica pica 
Pinson des arbresFringilla coelebsProtégé
Roitelet à triple bandeauRegulus ignicapillaProtégé
Rossignol philomèneLuscinia megarhynchosProtégé
Rouge gorgeErithacus rubeculaProtégé
Rougequeue à front blancPhoenicurus phoenicurusProtégé
Rougequeue noirPhoenicurus ochrurosProtégé 
SanglierSus scrofa 
Tourterelle des boisStreptopelia turturProtégée
Tourterelle turqueStreptopelia decaocto 
Troglodyte mignonTroglodytes troglodytesProtégé
Vautour fauveGyps fulvusProtégé
Verdier d’EuropeChloris chlorisProtégé

2.3.2. Nos espèces favorites

Anax empereur

Répartition : L’espèce est présente en Europe, en Afrique du Nord et en Asie-Mineure à l’ouest de l’Inde. Elle fréquente de nombreux types d’habitats d’eaux stagnantes ou faiblement courantes. Elle est observée jusqu’à 1 600 m d’altitude.

Anax empereur

Habitat : Généralement dans des milieux aquatiques d’eau douce tels que des eaux courantes ou stagnantes.

Mode de vie : Son développement commence sous forme larvaire où elle est très vorace. Son régime alimentaire va des petits mollusques aux têtards, parfois plus gros qu’elle. Une fois adultes, les mâles peuvent passer des heures à voler vigoureusement autour des points d’eau qu’ils fréquentent afin de chasser. Ses proies peuvent parfois être d’autres libellules.

Il s’agit de la plus grosse espèce de libellule. Elle fait partie de la famille des aeshnes et appartient à l’ordre des Odonates. Avec une envergure de 110 mm elle peut atteindre les 90 km/h.

Milan royal

Milan royal

Répartition : Le milan royal est un oiseau essentiellement européen, avec quelques occurrences à l’extrême ouest de l’Asie et au Maroc.

Habitat : Le milan royal apprécie les zones boisées ouvertes, par exemple les forêts entrecoupées de pâtures, de terres cultivées ou de bruyères. On le trouve plutôt à basse et moyenne altitude. En hiver, il tend à rechercher des lieux plus ouverts.

Mode de vie : Les Milans migrent du nord de l’Europe jusqu’au sud de la France et parfois en Afrique par le détroit de Gibraltar. Ils se nourrissent de charognes et chassent parfois quelques petits mammifères.

Il ressemble beaucoup au milan noir à l’exception de ses couleurs qui sont plus distinguées et sa queue qui est plus échancrée. 

Genette commune

Genette commune

Répartition : La genette est présente en Espagne, au Portugal et dans le Sud de la France. Néanmoins elle vient d’Afrique et a été introduite par l’homme.

Habitat : La genette vit et chasse

généralement près des points d’eau, des taillis et des forêts denses. Elle est très territoriale et délimite régulièrement son territoire à l’aide de ses glandes périanales et de crottiers qui sont communs aux autres individus d’une même population.

Mode de vie : L’animal est strictement nocturne. Même si la genette est un excellent grimpeur, à l’aise jusque dans les petites branches, elle chasse essentiellement à terre. La genette atteint sa maturité sexuelle à l’âge de deux ans. La reproduction a lieu toute l’année, avec une gestation de deux mois.

Les portées comportent généralement deux à quatre petits, allaités pendant quatre mois. Il n’y a la plupart du temps qu’une portée par an.

2.3.3. Nos méthodes et protocoles

2.3.3.1. Point d’écoute oiseaux

Pour la méthode de point d’écoute, nous avons utilisé notre ouïe pour reconnaître les différents cris et chants des oiseaux. En amont des sorties nous avions préparé une carte indiquant la position des différents points d’écoute, ce qui nous a permis de quadriller toute la commune et de déterminer ainsi un maximum d’oiseaux. Pour certaines espèces particulièrement difficiles à reconnaitre, nous avons utilisé l’application « BirdNet » pour nous aider à découvrir à quelles espèces appartenait leurs cris et chants.

2.3.3.2. Observation à vue


Trace de castor sur un tronc d’arbre

Pour la méthode de reconnaissance à vue, nous nous sommes postés à différents endroits, en hauteur principalement, et à l’aide de nos jumelles ainsi que du guide de détermination, nous avons déterminétous les oiseaux qui se présentaient devant nous. En ce qui concerne les mammifères nous avons utilisé la méthode de récolte de traces et indices, faute d’avoir un piège photo.  

Crottes de renard

2.3.3.3. Pêche électrique

La pêche électrique s’est déroulée de 9h à 13h. Ont participé un technicien de rivière de L’EPTB, deux responsables techniques de la Fédération de pêche du Gard, un Garde de pêche et un chasseur avec qui nous avons pu discuter de la chasse en Cévennes et sept stagiaires en master, BTS et Bac PRO.

Le financeur de cette opération est la Fédération Nationale de pêche en France. 

L’inventaire s’est effectué à St-André-de-Valborgne car là se trouve une partie du Gardon-de St-Jean qui se situe bien en amont avec une grande population de Salmonidae, la famille des truites. Cette présence est un indicateur d’une bonne qualité du cours d’eau. L’objectif de cette pêche était de connaître l’effectif des populations piscicoles et leur densité. En 2020 une très grosse crue a ravagé quasiment toute la population de poissons. Grâce à des arrêtés de pêche elle revient petit à petit. Cette pêche sert donc à surveiller l’évolution de cette population.

Pêche électrique

Le matériel utilisé était des anodes reliées à un générateur qui représentent le coté – d’une pile. En aval (en bas de la rivière) était positionné un grillage sous tension (cathode) représentant le coté + relié également au générateur. Les personnes qui portaient les anodes remontaient la rivière, immédiatement suivies de celles qui ramassaient les poissons à l’aide d’une épuisette. Enfin venaient des porteurs de seau récoltant les poissons. Les porteurs effectuaient des allers-retours pour les disposer dans des bacs troués, à moitié immergés dans la rivière, afin de garder les poissons en vie. Le recensement commençait en aval et finissait en amont sur une distance de 120 m et d’environ 4 à 6 m de large pour deux passages. La longueur d’un tel recensement varie en fonction de la largeur et la profondeur de la rivière. Les espèces trouvées étaient le Véron et la Truite Fario ainsi que l’Ecrevisse du Pacifique, ces espèces étaient pesées et mesurées afin d’avoir une idée de l’état des populations.

Pour les analyses, les gardes pêche se basent sur trois facteurs :

  • L’indice Ponctuel de Référence donne une note de qualité d’eau de la rivière.
  • La biotypologie (la structuration biologique du cours d’eau) qui donne le taux d’abondance.
  • La topographie qui permet de faire des comparaisons avec les années précédentes.

Et des résultats de ces trois facteurs résultent l’état de conservation du cours d’eau.

Pêche électrique

2.4. Inventaire insectes

2.4.1. Nos relevés

Nom communNom Latin
Abeille charpentièreXylocopa violacea
Agrion jouvencelleCoenagrion puella
Agrions blanchâtrePlatycnemis latipes
Anax empereurAnax imperator
Azuré de la BugranePolyommatus icarus
Azuré des NerprunsCelastrina argiolus
Barbitistes languedocienBarbitistes fischeri
Belle-DameVanessa cardui
Bourdon des forêtsBombus lucorum
Bupreste hongroisanthaxia hungarica
Caloptéryx éclatantCalopteryx splendens
Caloptéryx viergeCalopteryx virgo
Calosome vertCalosoma sycophanta
Chrysomèle populaireChrysomela populi
Conocéphale des roseauxConocephalus dorsalis
Criquet des BraumesEuchorthippus declivus
Criquet duettisteGomphocerippus brunneus
Criquet italienCalliptamus italicus
Criquet marocainDociostaurus maroccanus
Criquet noir-ébèneOmocestus rufipes
Decticelle barioléRoeseliana roeselii roeselii
Decticelle des bruyèresMetrioptera brachyptera
Decticelle grisâtrePlatycleis albopunctata
Empuse communeempusa pennata
Épeire diadèmeAraneus diadematus
Gomphe à crochetOnychogomphus uncatus
Gomphe vulgaireGomphus vulgatissimus
Grand nacréSpeyeria aglaja
Grande sautelle verteTettigonia viridissima
Grillon domestiqueAcheta domesticus
Hanneton communMelolontha melolontha
Hydromètre des étangsHydrometra stagnorum
Libellule dépriméeLibellula depressa
Libellule écarlateCrocothemis erythraea
Méconème tambourinaireMeconema thalassinum
Moro-sphinxMacroglossum stellatarum
MyrtilManiola jurtina
Néphrotome de PierreNephrotoma appendicu- lata
Oedipode soufréeOedaleus decorus
Oedipode soufréeOedaleus decorus
Orthertum bleuissantOrthetrum coerulescens
Petite nymphe au corps de feuPyrrhosoma nymphula
Piéride de la ravePieris rapae
Pisaure admirablePisaura mirabilis
Point de HongrieErynnis tages
Puceron des grainsrhopalosiphum padi
Punaise arlequingraphosma lineatum
Satyre tithonPyronia tithonus
Scarabée à bordureOmaloplia ruricola
Scarabée rhinocéros européenOryctes nasicornis
SouciColias crocea
Sphinx gazéHemaris fuciformis
Synénobothre de la palèneStenobothrus lineatus
Ténébrion meuniertenebrio molitor
Truxale mediterranéenneAcrida ungarica mediterranea
 evacanthus interruptus
 Eupterycyba jucunda
 Scolopostethus decoratus
 hoplia caerulea
 molorchus minor
                                                                Eurydema ornata
Rhynocoris iracundus
                                                                       Oxythyrea funesta
                                                                       Heriaeus hirtus
Colletes cunicularius
                                                                       Andrena fulva
Hycleus polymorphus

2.4.2. Nos méthodes et protocoles

Pour les insectes nous avons utilisé différentes méthodes pour notre inventaire.

Tout d’abord nous avons observé notre environnement en recherchant la richesse spécifique autour de nous. Pour ce faire, nous avons utilisé la méthode de prospection aléatoire.

Par la suite nous avons décidé d’appliquer le protocole de transect filet fauchoir (ci-dessous à gauche) qui nous a permis de cibler les insectes volants tels que les orthoptères, odonates et lépidoptères.

Pour identifier les insectes présents dans les arbres tels que les arachnides, les coléoptères, les chenilles nous avons utilisé la méthode du parapluie japonais (ci-dessus à droite).

La commune de Thoiras se situe à la porte d’entrée des Basses-Cévennes, ce qui lui confère un relief très vallonné. Ces nombreuses collines, falaises et vallées creusées par les rivières et ruisseaux, apportent un contraste paysager. Le relief important de cette commune a contraint l’homme à modifier son paysage à l’aide des faïsses pour pouvoir s’implanter. Ainsi la structure paysagère générale des Cévennes     reflète une utilisation des ressources optimale pour l’agriculture. La commune est située à l’altitude minimale de 139 mètres, et l’altitude maximale est de 503 mètres.

* Situation de Thoiras

         

3.2. L’histoire façonne le paysage

3.2.1. L’agriculture

Faïsses

Les thoirassiens ont dû créer des faïsses sur de nombreuses pentes des collines de la commune. Ces terrasses permettent de gagner quelques espaces plats sur la pente pour le bétail et l’agriculture et ainsi contribuent à la qualité des paysages. Cependant le département du Gard ayant connu une baisse généralisée des exploitations agricoles a perdu environ 60% de ses terrasses depuis la fin du XXème siècle. Cette baisse générale s’applique également à la commune de Thoiras dont les exploitations agricoles sont passées de 23 lors du recensement de 1988 à 11 en 2000 puis à 10 en 2010, soit une baisse de 52%. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué passant de 311 hectares en 1988 à 82 hectares en 2020.

Avec ce déclin, les terrasses, bancels ou faïsses ont été progressivement abandonnées ces dernières décennies. Cette modification du paysage se ressent encore actuellement. Les faïsses laissées à l’abandon s’effondrent petit à petit lorsque la forêt reprend sa place naturelle, cela engendre une fermeture générale des milieux ouverts de la commune. Le paysage de la commune de Thoiras est aujourd’hui essentiellement composé de forêts de chênes et de pins sur toutes ses collines.

3.2.2. Les filatures de vers à soie

A partir du XIIème siècle, nous savons que des cocons se vendent à Anduze sur le marché. A cette époque, les fils de soie sont peu travaillés et ils sont irréguliers. Avec l’arrivée des machines à vapeur en 1800, l’industrie se développe. Les fils de soie sortent des filatures cévenoles avec une qualité supérieure grâce aux nombreuses machines qui ont fortement amélioré les rendements et la qualité du fil. Le bassin alésien produit, à lui seul, à la fin des années 1830, un quart de la production française (environ 518 tonnes en 1841).

La révolution industrielle engendre un changement de paysage dans les Basses-Cévennes. De nouveaux bâtiments font leur apparition dans toute la région. Toutes les maisons construites à cette époque possédaient un grenier avec une petite fenêtre au-dessus de la cheminée pour maintenir les vers à soie au chaud durant les basses saisons. De grandes plantations de mûriers ont fait leur apparition dans chaque village, pour accompagner ces grandes usines de fil qui avaient besoin d’être alimentées en feuilles de mûriers pour nourrir les vers à soie. La quantité de feuilles de mûrier est énorme pour alimenter les vers à soie. Il faut compter 1300 kg de feuilles pour une trentaine de vers. De nombreux mûriers ont été plantés qui ont modifié, malgré eux, le paysage des Basses-Cévennes pendant environ 50 ans. Jusqu’à ce que la pébrine (maladie qui touche les vers) ne touche toute l’Europe et ne fasse énormément chuter la production de vers à soie. Dans les années 1865, celle-ci passe de 26 000 tonnes de cocons à 4 000 tonnes dans le sud de la France.

Filature de vers à soie

IV- Limite de l’étude

Problèmes rencontrés

  • Rencontre avec les acteurs : Les premières rencontres avec les acteurs ont tardé car nous avons trop pris notre temps avant de les contacter. Il aurait fallu le faire avant le début du stage. En effet, les délais sont longs et nous n’avions pas anticipé.
  • Inventaires mammifères : L’inventaire mammifère a été difficile à pratiquer car nous n’avions pas le matériel nécessaire (bat-box, pièges photos) faute de budget.
  • Période : Etant donné que le stage n’a duré que deux mois et que notre objectif était d’effectuer le diagnostic écologique nous n’avons pas pu inventorier tous les taxons. Il aurait fallu effectuer un stage d’une durée plus importante avec certaines connaissances plus approfondies.

V- Préconisation de gestion et de valorisation

  • Limiter ou interdire l’accès aux grottes tout en mettant en place des visites guidées évitant les zones de gîtes. Cela pourrait permettre de sensibiliser la population aux chiroptères et dans le même temps éviter les incidents de perturbation.
  • Valoriser les plages de galets en posant des panneaux pédagogiques près des berges pour sensibiliser au dérangement dû au piétinement et à la construction de barrages sur le Gardon de St-Jean.
  • Continuer la lutte des espèces exotiques envahissantes comme l’ailante glanduleuse, l’ambroisie mais surtout la renouée du Japon afin de maintenir le bon état écologique des ripisylves.
  • Pour réapprovisionner les ruisseaux asséchés comme l’Aigue morte, le Boisson ou encore le ruisseau de Fontlongue, il est envisageable d’introduire des castors afin que l’eau s’accumule pour se déverser dans les ruisseaux. Evidemment les cours d’eaux concernées seront asséchées un temps mais après de fortes pluies l’eau s’écoulera petit à petit limitant l’assèchement. Afin d’améliorer la qualité des cours d’eau de la région il faut continuer à entretenir la ripisylve (filtration et rôle d’éponge) ainsi que supprimer les seuils qui empêches les poissons migrateurs de remonter les rivières contrairement aux barrages de castors.

VI- Sources

Bibliographie

  • « Ré-ensauvageons la France » Gilbert Cochet
  • « Petite flore de France » Régis Thomas, David Busti, Margarèthe Maillard
  • « Le guide ornitho » édition Delachaud
  • « Insectes de France et d’Europe occidentale » Michael Chinery
  • « Guide pratique des papillons de jour » édition Delachaud
  • « Guide Delachaud des fleurs de France et d’Europe

Webographie

Autres

  • Musée des vallées cévenoles St-Jean-du-Gard
  • L’application Qgis pour la cartographie

Témoignages personnels

Valentin :

Ce stage professionnalisant dans l’association Paysage reconquis fût une incroyable découverte du métier de naturaliste. Ce stage m’a permis d’en apprendre davantage en termes de connaissances et de pratique sur la biodiversité. L’association Paysage reconquis offre une chance incroyable aux stagiaires qui souhaitent découvrir le monde du vivant à travers ce stage. J’ai beaucoup aimé la liberté dont on disposait avec Martin pour la réalisation de notre diagnostic et le choix de la zone d’étude.

Martin :

Etablir le diagnostic écologique et paysager de la commune de Thoiras m’a offert l’opportunité de mettre en pratique ce que j’ai appris lors de ma première année de BTS GPN et de mon Bac professionnel. Notamment l’expertise naturaliste à travers les différents inventaires mais également la concertation avec les acteurs ce qui m’a carrément plongé dans le milieu professionnel. Je tiens aussi à évoquer que ce stage a fait évoluer mon organisation et ma rigueur au travail. Etant curieux, j’ai adoré élaborer ce diagnostic. Et pour finir travailler avec Valentin a été un plaisir, effectuer un stage pareil avec un ami crée de solides liens.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.