19- GR7 Col des Croix – Col du Mont de Fourche

Written by Claude CAMILLI

Col des Croix – Col du Mont de Fourche

27  septembre 2017

Voici une vidéo retraçant la 19 ème étape d’un cheminement à travers la France, de la frontière allemande au nord de Strasbourg à, ( peut-être un jour!), la frontière espagnole au sud de Perpignan. Dans cette longue marche, mon attention se porte en premier lieu sur les paysages, leur protection et leur reconquête éventuelle ainsi que sur la biodiversité et sa reconquête.

Voici le texte de cette vidéo:

Quel réveil à la vue de ce splendide plat de ceps ! Certes, on voit assurément la vie en Vosges !

Départ du Col des Croix sous le soleil, la jambe légère et le cœur en fête. Que se passe-t-il ? Sylvie semble décidée à en découdre ce matin ! Gare aux ceps ? Sidérées, les vaches la dévisagent avec effroi !

Le GR7 s’enfonce dans la forêt comme les jours précédents. Nous longeons en contrebas le fort de Château Lambert construit vers 1875, énorme construction qui a servi à contrôler les crêtes et les débouchés dans la vallée de la Moselle, notamment lors de la première guerre mondiale.

Nous marchons maintenant en bordure du Plateau des 1000 étangs, dans sa partie orientale, une région immense,  criblée d’étangs. C’est un  site Natura 2000 d’une grande richesse biologique et aux paysages d’une belle originalité. Ce Plateau des mille étangs forme une mosaïque de milieux naturels : y sont étroitement imbriqués, les étangs, biotope emblématique du secteur, les ruisseaux, les prairies, les tourbières et les forêts qui hébergent une faune et une flore diversifiée.

Nous en longeons quelques-uns  dont celui du Pré Côme. Nous cheminons à la limite des départements des Vosges et de la Haute-Saône dont la préfecture est Vesoul, toujours dans la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Nouveau festival de couleurs ! Voici de splendides amanites tue-mouche. Cette fausse oronge a des pouvoirs hallucinogènes. Elle est donc toxique et psychotrope. Et attention aux déboires intestinaux et neurologiques !

S’agit-il ici de la Pholiote changeante ? Un champignon qui serait alors comestible avec son chapeau brun-roux, aux lamelles  couleur rouille ? Son habitat est lignicole. On le rencontre comme ici en touffes très denses sur de vielles souches de conifères ou de hêtres. On voit sur cette photo que le chapeau est bicolore, plus ou moins jaune avec un centre ocre.

Et voici notre ami le cep….

Puis nos amis les ânes…

Enfin notre ennemie la tique qui vient de sévir sur l’un de nous, ce qui n’entame en rien notre appétit pour une pause pas tout à fait gastronomique.

Quel est ce champignon au chapeau franchement noir recourbé sur son bord et au pied blanc, plutôt frêle ? Se peut-il que ce soit  de vieux spécimens du coprin noir d’encre, le coprinus altramantarius ?

Et voici de jeunes Vesses-de-loup perlées, toutes blanches, toutes rondes, avec leurs courtes perles.

Et là, il s’agit certainement d’un champignon ligneux, le coriolus ou tramète versicolore.

Sylvie va devoir nous quitter mais avant de nous séparer, nous prenons le temps de parcourir en voiture cette région des mille étangs un peu mystérieuse, pleine de charme.

Puis ce soir, Daniel et moi retournons une dernière fois au camping du Domaine de Champé à Bussang, la tête et les yeux remplis des couleurs chatoyantes de l’automne.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *