Quelques hameaux du massif de Belledonne

 

?

Hameaux de Revel

 

Quelques hameaux du massif de Belledonne

Isère

 

Un colloque a été organisé par l’association des Amis du Grésivaudan, avec le soutien de la Communauté de Communes « Le Grésivaudan » le 18 avril 2013.

Lors de ce colloque, l’association Paysages Reconquis est intervenue pour exposer l’exemple de quelques hameaux de Belledonne, en particulier quelques hameaux de la commune de Revel.

Cette intervention a porté d’abord sur le phénomène de banalisation avec notamment l’extension urbaine et l’artificialisation des terres, ensuite sur le patrimoine bâti.

Pour l’association, un enjeu majeur est de stopper le gaspillage des terres agricoles.

Stopper l’extension de l’habitat diffus, c’est à dire l’extension du mitage.

 

Voici une carte de la commune de Revel. Comme dans la plupart des communes de Belledonne, l’habitat est dispersé et les hameaux sont très nombreux. On en voit la liste sur la gauche.

La commune de Revel qui est proche de Grenoble subit donc une pression foncière très forte. Les constructions se poursuivent encore actuellement.

Et cela peut donner des zones d’habitat diffus:

Sur cette photo satellite, il est clairement visible que le mitage est en marche:

 

Ce qui donne concrètement ce paysage : on voit sur la photo ci-dessous que les hameaux se rejoignent progressivement. Par ailleurs, les terres agricoles sont morcelées.

Les photos suivantes sont parlantes d’elles-mêmes : le phénomène de rurbanisation dans le fond de la vallée du Grésivaudan saute aux yeux. Ces photos sont prises du balcon de Belledonne et en face donc, on reconnait les flancs de la Chartreuse. On voit comme les terres agricoles disparaissent de manière dramatique.

 

Il faut donc privilégier les villages densifiés. Nous sommes ici sur la commune de Revel : de nouvelles maisons sont construites dans le cœur du bourg. Sur la photo de droite: un habitat social densifié, très proche de l’église.

Ci-dessous, dans le haut du village des Adrets ce bâtiment densifie l’habitat:

Et justement, il faut réussir les « opérations de greffe pilote », ce qui est le cas avec le bâtiment précédent dont on voit qu’il se rattache au village, sans en altérer sa silhouette:

 

Retour sur la commune de Revel qui a intégré ce nouveau bâtiment aux anciens:

Et d’autres groupes de maisons sont ici bien intégrées dans la pente:

Tant qu’à faire des constructions neuves, autant qu’elles soient de haute qualité environnementale comme pour ces bâtiments!

L’extension urbaine se fait généralement aux abords des routes principales. La maîtriser est donc un enjeu.

On voit sur la photo ci-dessous, prise sur la commune de Saint-Mury, que l’habitat se construit en ligne, le long des routes:

 

L’artificialisation des terres se poursuit anormalement, le goudron gagne…

 

La photo satellite de gauche montre un petit bâtiment avec un immense parking non utilisé et celle de droite montre le grignotage des terres agricoles par une nouvelle construction.

 

L’avancée des forêts participe à la banalisation du paysage, on voit ici l’enfrichement progressif de certaines terres agricoles.

 

Cet avancement entraîne la fermeture du paysage ce que l’on voit bien sur cette photo prise sur la commune de Revel.

 

On peut assurer la qualité de l’urbanisation existante…

 

En pérennisant les abords et les socles encore agricoles des villages. Voici, sur la photo de gauche, le bourg de Revel et sur celle de droite celui du Bernin mis en valeur par les prés sur lesquels ne se sont installés aucuns lotissements…

 

Halte au béton vert, ces haies de thuyas qui cisaillent le paysage et le durcissent, voire le glace littéralement comme sur cette photo en bas à droite : en hiver la route est verglacée au voisinage de ces haies…

 

Ci-dessous un beau spécimen devant le charmant bourg de Bernin !

 

Quant à la haie de plastique, elle tend à se généraliser. Faut-il penser qu’elle remplace avantageusement le béton vert ?

 

Une véritable politique de la publicité  et de l’affichage pourrait permettre d’éviter ces entrées de bourgs saccagées qui agressent le regard.

Comme ici dans ces villages que je ne veux pas nommer ! Et comme dans la plupart des villes de France…

 

Les décharges et dépôts sauvages n’existent théoriquement plus et sans doute n’en subsiste-t-il plus guère dans l’Isère… Je suis néanmoins tombée malencontreusement sur celle-ci !

 

Les zones d’activités artisanales, industrielles et commerciales participent à l’enlaidissement féroce de la vallée … Les requalifier est peut-être un enjeu pour la communauté de communes du Grésivaudan ?

 

On doit pouvoir viser un réseau de « hameaux d’entreprises intégrés ».

 

Deuxième point que je souhaite développer : valoriser le patrimoine.

Et en particulier préserver l’identité des villages et de leurs hameaux. Voici, ci-dessous,  l’église de Saint-Jean-le-Vieux au Naysord.

 

Ainsi que des bâtisses typiques du Belledonne, ici sur la commune de Revel:

d’autres l’hiver:

 

Ci-dessous, en haut à droite, une belle maison de Bernin, en bas à droite, la maison forte de Saint-Jean-le -Vieux, une autre au Mollard, hameau de Saint-Jean-le-vieux:

 

Retour à Revel avec cette belle grange:

 

Et toujours sur les balcons de Belledonne:

 

Il serait bien de pouvoir sauvegarder les silhouettes des hameaux.

 

Ici, on devine bien la silhouette de quelques-uns des hameaux des Adrets:

 

Mais de nouvelles constructions se sont installées dans le prolongement, donnant cette impression d’habitat diffus (photo de gauche). La silhouette du hameau est alors noyée dans les nouvelles constructions (photo de droite):

 

Voici des hameaux de Belledonne dont le hameau du Mont sur la commune de Revel avec sa haie de thuyas et sur les deux dernières photos, Saint-Jean le Vieux:

 

 

On peut mettre en valeur les abords de bâtiments remarquables, ce qui n’est pas le cas ici (au Versoud) où ces murs de béton viennent cacher les maisons qui ont du caractère:

 

Les matériaux locaux ont été valorisés pour cette maison

 

et cette ferme de la région de Revel:

 

Relevons, révélons, protégeons le petit patrimoine local qui est très riche sur les balcons de Belledonne.

Voici un four à pain, un lavoir, une petite grange:

 

Et ci-dessous encore un four à pain, une fontaine, une jolie grange et en haut à gauche sur la façade, des ruches en bois:

 

Les nouvelles constructions sont plus ou moins bien intégrées au contact du bâti traditionnel

 

Cette maison (photo ci-dessous) me semble un exemple de réussite:

 

Celles-ci, vues toutes les quatre dans Belledonne, sont bien étranges:

 

Et que va-t-il se passer pour ce bel ensemble de Crolles?

 

Itinéraires de déplacement et de découverte des paysages.

 

Les massifs de Belledonne et de Chartreuse ont la chance de posséder de magnifiques routes en balcon :préservons leurs caractéristiques.

On peut y aménager des aires d’arrêt et de découverte des grands paysages.

Et pourquoi ne pas développer un «  réseau de déplacements doux » ? S’il est vrai que lorsque l’occupation des sols est multipliée par dix alors les déplacements le sont par 900, il est peut-être utile de se pencher sur cette question.

Une reconquête de ces paysages est-elle possible?

Quelles sont les clés de la réussite d’un projet de reconquête ? Partenariat et concertation !

Une dynamique vigoureuse est absolument indispensable et elle ne peut être créée que si ce sont les habitants qui s’approprient les projets de reconquête.

Protéger, enrichir l’esthétique et la biodiversité

Et réparer, c’est un service minimum à rendre aux générations futures.

Le paysage est au carrefour de tous les enjeux clés actuels et notamment au carrefour des politiques environnementales européennes:

Pour rappel, voici la liste des directives, des conventions et des projets européens :

Je voudrais terminer par cette citation de Pierre Dac :

Pontcharra, « Les hameaux du Grésivaudan  » 18 avril 2013 Pontcharra

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Ce contenu a été publié dans Analyse des paysages de communes, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *